top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClara Cornaert

Accompagner les troubles « dys » chez l’enfant grâce à la naturopathie

À travers un accompagnement global et grâce à des techniques et des outils naturels, vous découvrirez que la naturopathie peut être un soutien précieux dans l’accompagnement des enfants souffrant de troubles Dys-, en complément d'un suivi classique.



Les troubles « dys », qu’est-ce que c’est ?

 

Les troubles spécifiques du langage et de l’apprentissage (TSLA) ou troubles « dys » sont des troubles spécifiques durables, qui concernent les dysfonctionnements des fonctions cognitives du cerveau relatives au langage, à l'écriture, au calcul, aux gestes et à l'attention. On parle alors de dysphasie, dyspraxie, dyslexie, dysorthographie, dysgraphie, dyscalculie et de TDAH (troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité). Ces troubles peuvent être plus ou moins légers. Ils sont dits « spécifiques » dans le sens où ils affectent une ou plusieurs des fonctions cognitives mais pas l’ensemble du fonctionnement cognitif (ainsi, ils se distinguent de la déficience intellectuelle globale ou de l’autisme). 


Ces troubles du neuro-développement perturbent l’apprentissage à l’école et persistent tout au long de la vie. En France, environ 6% à 8% de la population serait touchée par un trouble dys- et on estime que dans une classe d’âge, 4 à 5 % des élèves sont dyslexiques (confusions et inversions de sons et de lettres à l’écrit), 3% sont dyspraxiques (perturbation de la capacité à effectuer certains gestes et activités volontaires), et 2% sont dysphasiques (trouble du langage qui affecte la compréhension et/ou l'expression d'un message verbal). Selon leur nature et leur gravité, ces troubles peuvent avoir un impact négatif significatif sur le développement de la personnalité de l’enfant ou de l’adulte, notamment en termes d’estime de soi.




 

Le diagnostic


Les troubles dys- sont souvent repérés en maternelle (pour les troubles liés à l’oralité, la motricité) ou à l’école primaire (pour les troubles liés au langage écrit) par les parents ou l’enseignant. En cas d’inquiétude de la part des parents un premier bilan peut être effectué par le médecin de famille afin de déterminer s’il s’agit un simple retard ou d’un trouble durable. 


Si un trouble dys- est fortement suspecté, les enfants devront consulter une équipe pluridisciplinaire compétente afin de faire établir un diagnostic fiable précis. Ce bilan pluridisciplinaire fait intervenir orthophoniste, neuropsychologue, psychologue clinicien, psychomotricien, ergothérapeute ou encore ophtalmologiste en fonction des symptômes de l’enfant.


Un diagnostic permettra à l’enfant de profiter d’un cadre éducatif et pédagogique adapté à sa spécificité.



Un suivi global

 

En dehors de l’aspect purement médical un accompagnement global est souhaitable, notamment en ostéopathie ou en chiropraxie. Un travail avec un praticien en IMP (Intégration Motrice Primordiale) peut également s’avérer très intéressant. En effet lorsque les réflexes archaïques primaires n’ont pas été correctement intégrés cela a une incidence sur le corps, les émotions et la cognition (capacité d’apprentissage et de penser).


Un accompagnement en sophrologie peut également être envisagé dans le cas où l’enfant éprouve de l’anxiété par rapport à la scolarité en général.


Un suivi en homéopathie uniciste peut aussi s’avérer très bénéfique.

 


L’apport de la naturopathie

 

La naturopathie permet un accompagnement global et individualisé.

Les problématiques qui peuvent se poser en cas de troubles dys- sont généralement d’ordre cognitif et psycho-émotionnels : anxiété scolaire, difficulté d’attention et de concentration, manque de confiance en soi, peur d’être différent et marginalisé, etc.

 

L'alimentation tient une place très importante dans l'accompagnement des enfants souffrant de troubles Dys-. D'une part, pour optimiser le travail du système digestif (réparer des muqueuses intestinales souvent dégradées) et d'autre part, parce que certains nutriments sont indispensables au bon développement neurocognitif. 

Un travail sur la chronobiologie et les rythmes circadiens est également indiqué, comprenant l'intégration du mouvement et une exposition suffisante à la lumière du jour. Enfin, un travail sur la respiration consciente et la relaxation bénéficiera grandement à ces enfants.


Quelques compléments sont particulièrement indiqués : en ce qui concerne le stress et l’anxiété, les plantes telles que la verveine, la camomille, le bourgeon de figuier ou de tilleul ou encore l’eau de fleur d’oranger pourront être proposées le soir en association avec du bourgeon de marronnier, la « fleur de l’apprentissage ». L’algue Klamath améliore les capacités d’attention et de concentration, on la trouve sous forme de gélules ou de poudre à mélanger dans du jus ou de la compote. La fleur de Bach « Mélèze » permet de prendre confiance en soi, elle est conseillée à ceux qui ont peur de l'échec ou du ridicule. Elle développe également la créativité et facilite l'action.


Dans tous les cas un suivi personnalisé est nécessaire afin de cibler au mieux les conseils en fonction de l’enfant, de son âge et de la spécificité de ses troubles.

 

Clara Cornaert


0 vue0 commentaire
bottom of page